« C’est finalement cela Israël: rentrer le soir épuisé d’une journée à se donner aux uns et aux autres, pour modeler ensemble l’avenir de notre société commune, et se rendre compte au final que l’on reçoit bien plus que l’on ne donne ».

On aurait pu croire que cette citation est celle d’une grande personnalité, d’un homme politique, d’une femme de lettres. Mais non, elle est le fruit d’une passion juvénile, exprimée dans la bouche d’une jeune française, qui a décidé de faire son alya « pour une raison qui lui échappe encore », à la suite d’un voyage effectué en classe de Terminale, et qui partage sur l’écran de cette unique soirée son expérience du Sherout Leoumi.

« Cette unique soirée », vous l’aurez deviné, c’est celle du BBB ou Bac Bleu Blanc, projet de voyage de découverte d’Israël offert à tous les bacheliers juifs français, dont l’initiative appartient à l’Expérience Israélienne, filiale de l’Agence Juive. Comme chaque année, Nathan Sharansky était là pour accueillir toute cette jeunesse et lui rappeler chaleureusement que nous sommes tous une même famille, un même peuple: am israel Hay!

Le président israélien Réouven Rivline qui n’a pas pu se déplacer a cependant tenu à transmettre son message de bienvenue à ceux qu’il a désignés de

מנהגי המחר של העם היהודי-Leaders-de-demain-du-peuple- juif

Comment pourrait-on les désigner autrement : ces jeunes venus de toutes les écoles de France, pris d’un élan de sionisme entrainant et tellement rythmé.

Le principe de la soirée: faire du bruit. Beaucoup beaucoup de bruit pour que les décibels excités, substance extrême de jeunesse active et ultra réactive,  entrent dans nos veines. La jeunesse ça ne se sniffe pas, ça ne s’injecte pas, mais il faut croire que le sens du sionisme ça passe dans le sang!

Chaque année, lors de cette soirée, on ne peut que s’émouvoir de la pérennité de notre appartenance à cette terre. « La jeunesse est malade », « beaucoup sont blasés, pommés » diront certains, mais en tout cas le bruit et l’énergie qu’ils sont capables de faire sont à mon sens le meilleur remède à beaucoup de maux et la preuve qu’ils ont beaucoup à sortir et à donner à notre Pays.

Alors effectivement, jeudi soir à cette heure tardive de la nuit, l’on pense fugitivement au chabbat à préparer, à la fin de la semaine et la fatigue qui s’y rattache: pendant 6 jours on s’est donné à fond sur toutes sortes de fronts, dans toutes sortes d’aventures d’un quotidien prenant. Mais au final, c’est nous les gagnants : fiers et heureux d’appartenir à un peuple qui a tellement la pêche d’être sur sa terre envers et contre tout ce qu’il y a de difficile, de faché, de ‘’kaché’’.

C’est plein de vie et de cachet, d’énergie, de rouge, de bleu de blanc et de rose-bonbon que cette jeunesse en effervescence nous a rappelé qu’au final: Ha’haim chelanou toutim! Nos vies sont des fraises bien roses et bien croquantes!

Johanna Diane