Avec une augmentation massive de l’immigration depuis 2013 – et un potentiel de 15 000 arrivées l’année prochaine – les olim français s’organisent pour que les promesses soient tenues

Bruchim-965x543nbn-965x543

 

« Venez à la maison », déclare le Premier ministre Benjamin Netanyahu après chacun des trop nombreux évènements tragiques de qu’a connus le judaïsme français dans l’histoire récente.

Il l’a dit après la tuerie à Toulouse en mars 2012, qui avait pris la vie de trois écoliers juifs et d’un rabbin. Et encore une fois, en janvier 2015, après l’attaque terroriste contre le supermarché HyperCacher de Paris, Netanyahu a vanté les portes étincelantes d’Israël, ses bras largement ouverts, en promettant d’ouvrir la voie des Juifs français vers la Terre Sainte et de faciliter leurs chemins vers l’emploi et l’intégration.

Ce qui avait commencé comme un filet d’immigration après l’assassinat d’Ilan Halimi en 2006 s’est transformé en un flux régulier.

Mais 10 mois après les meurtres de l’Hyper Cacher, certains dans la communauté juive française d’Israël doutent sérieusement que le pays est vraiment prêt à recevoir ceux qui prennent Netanyahu au mot.

Aujourd’hui, avec entre 8 000 et 10 000 Juifs français attendus en 2015, après des années de déception il y a un mouvement au sein de la communauté pour s’organiser et finalement forcer le gouvernement à tenir ce qui leur avait été promis : Lareconnaissance de leurs diplômes (un obstacle principal à l’emploi pour des professionnels hautement qualifiés comme les médecins et les dentistes), l’apprentissage de la langue pour leurs enfants, et un système qui permettra d’amortir le choc des cultures du passage de la France à un Israël rongé par les conflits.

20140716_212449-1-2

 

À la suite des attaques terroristes de vendredi soir dans le centre de Paris, une organisation représentant des dizaines d’ONG franco-israéliennes a averti le Times of Israel que le système de l’immigration et de l’intégration n’était pas préparé pour l’ « occasion historique » qui se présente actuellement alors que de beaucoup de Juifs français, souffrant de l’antisémitisme, de l’instabilité économique et de la crise de l’identité européenne, commencent à chercher une nouvelle patrie.

Dans une conversation dimanche avec le Times of Israel dimanche, le directeur de Qualita Mickaël Bensadoun a dit que, en plus des milliers d’immigrants français attendus en 2015, sur la foi d’enquêtes sur le terrain effectuées en France par son organisation, il prévoit une possibilité réelle d’environ 15 000 arrivées en 2016.

Cependant, voyant une jeunesse de plus en plus marginalisée dans des bulles de francophones aux côtés de leurs parents encore largement sous-employés bien que qualifiés professionnellement, la communauté risque un échec devant le rêve de l’alyah qui les a amenés.

En coordination avec l’Agence juive, l’association pour l’emploi des immigrants Gvahim, Nefesh B’Nefesh et Qualita du philanthrope franco-israélien Marc Eisenberg, un nouveau plan national devrait être présenté au gouvernement en 2016.

 

Lire la suite de l’article :

http://fr.timesofisrael.com/les-juifs-de-france-veulent-immigrer-mais-israel-peut-il-gerer-le-flux/