L’Etat d’Israël reconnait les compétences d’un médecin étranger, et lui permet même de travailler dans les hôpitaux israéliens, tant qu’il reste touriste. Dès qu’il fait son Alya, ce même médecin ne peut plus exercer, et doit alors faire face à une procédure administrative sans fin. C’est une situtation complètement absurde.

Esther Blum, Directrice du Conseil des Associations d’Olim en Israël, s’est adressée aux fonctionnaires du Ministère de la Santé lors de la session conjointe de la commission de la Alya et de la Santé, qui s’est tenue ce matin à la Knesset, au sujet de la reconnaissance des diplômes.

S’il existe un permis d’exercice temporaire pour les touristes, pourquoi ne pas l’octroyer également aux Olim dans un premier temps, de façon à leur permettre d’exercer durant le processus de reconnaissance?